Recherche
Participez à l'info.tv

Vous êtes témoin d'évènements, envoyez-nous vos vidéos, photos, articles !
Publicité
pub
Newsletter
Restez informé de nos derniers reportages.
Inscrivez-vous !
OK
Réseaux sociaux
Vous pouvez aussi suivre toute notre actualité sur nos pages Facebook et Twitter.
 

Afrique : Croissance de 4,5% en Afrique subsaharienne

Afrique : Croissance de 4,5% en Afrique subsaharienne

20 janvier 2015. L'économie de l'Afrique subsaharienne a enregistré une croissance de 4,5% en 2014, comparativement au taux de 4,2% atteint en 2013, avec le Nigeria en tête du peloton, selon un rapport de la Banque mondiale, qui a également souligné que la croissance a eu lieu au milieu de la pauvreté croissante à travers le continent.

'Le ratio de la dette de la région est resté modéré, grâce à une croissance robuste et des taux d'intérêt concessionnels', a ajouté le rapport titré 'Perspectives économiques mondiales'.

Le rapport a cependant noté que 'dans quelques pays, la dette a augmenté de manière significative en 2014, en particulier au Ghana, au Niger, au Mozambique et au Sénégal'.

'En Afrique du Sud, la croissance économique a ralenti en raison des grèves dans le secteur minier, les pénuries d'électricité et une faible confiance des investisseurs. Un autre pays qui a également connu un recul a été l’Angola, en raison du déclin de la production de pétrole', indique le rapport qui a ajouté que dans certains pays d'Afrique occidentale comme la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, l'épidémie du virus Ebola a perturbé les activités économiques.

Plusieurs pays de marchés frontaliers, y compris la Côte d'Ivoire, le Kenya et le Sénégal, ont pu faire appel aux marchés obligataires internationaux pour financer des projets d'infrastructure, a-t-il indiqué, ajoutant que le déficit budgétaire pour la région s’est rétréci car plusieurs pays ont pris des mesures en 2014 pour contrôler les dépenses.

'Mais, la situation budgétaire s’est détériorée dans de nombreux pays, avec certains, en raison de l'augmentation de la masse salariale, comme le Kenya et le Mozambique. Dans d'autres pays comme le Mali, le Niger et l'Ouganda, c’était en raison des dépenses plus élevées associées au chargement et à l’intensification de l'investissement public. Mais au Nigeria, la plus grande économie du continent, l'activité a progressé à un rythme soutenu, appuyé par un secteur non pétrolier porteur, bien qu’ayant souffert des défis macro-économiques vers la fin de 2014 en raison de la volatilité du prix du pétrole brut', souligne la Banque mondiale.

< Retour à la liste des actualités