Recherche
Participez à l'info.tv

Vous êtes témoin d'évènements, envoyez-nous vos vidéos, photos, articles !
Publicité
pub
Newsletter
Restez informé de nos derniers reportages.
Inscrivez-vous !
OK
Réseaux sociaux
Vous pouvez aussi suivre toute notre actualité sur nos pages Facebook et Twitter.
 

Afrique : La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN.

Afrique : La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN.

07 avril 2015. La Confédération africaine de football (CAF) a autorisé dimanche le Maroc à participer aux éliminatoires de la Coupe des Nations 2017 et 2019, entérinant la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS).

"La CAF, qui a adhéré à l'autorité de la juridiction du TAS, s'est engagé à en appliquer les décisions et se conformera à cet engagement, malgré les contradictions observées dans la décision rendue", selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion du comité exécutif de la CAF au Caire.
Le TAS a décidé jeudi "d'annuler partiellement les sanctions prises", précise le texte.

Au lendemain de la décision du tribunal arbitral de Lausanne, un porte-parole de la CAF n'avait pas confirmé la participation du Maroc mercredi au tirage au sort des éliminatoires pour cette compétition phare du continent africain.
Le Maroc avait été initialement suspendu par la CAF pour avoir refusé d'organiser la CAN-2015 par crainte d'Ebola, la Guinée équatoriale accueillant alors au dernier moment cette édition. Le royaume chérifien avait également été exclu des éditions 2017 et 2019.

Financièrement, la CAF réclamait une amende d'1 million de dollars (919. 000 euros environ), réduite à 50. 000 dollars (45. 976 euros environs) par le TAS, ce qui correspond au montant maximum prévu par le règlement de la CAF en vigueur au moment des faits.
Concernant les dommages et intérêts estimées à 8,75 millions de dollars (8,05 millions d'euros), le TAS a estimé jeudi "qu'aucune disposition réglementaire" ne permettait à la CAF d'obliger le versement de cette indemnité, laissant cependant le droit à l'instance africaine d'obtenir réparation.

< Retour à la liste des actualités